LA C3 R5 S’OFFRE LE SCRATCH DANS PANZERPLATTE | Média Citroen Racing

LA C3 R5 S’OFFRE LE SCRATCH DANS PANZERPLATTE

download-pdf
download-image
download-all

Grands animateurs de la catégorie, avec notamment un scratch pour le premier équipage cité dans la célèbre ES de Panzerplatte, Stéphane Lefebvre – Gabin Moreau et Yoann Bonato – Benjamin Boulloud ont tour à tour joué de malchance, et fini respectivement huitième et onzième du WRC2, tandis que Simone Tempestini – Sergiu Itu, victimes de crevaisons, se sont emparés de la dixième place.



La compétition est si intense en WRC2 et les épreuves si exigeantes qu’il n’y a pas meilleur banc d’essai, pour faire ensuite bénéficier les clients du retour terrain le plus abouti possible. Avec déjà deux podiums dans la catégorie (2een Corse, 3eau Portugal) et des scratches sur presque tous les rallyes, la C3 R5 se sort avec les honneurs de cette saison à finaliser son développement. Et l’Allemagne n’a pas échappé à la règle. Avec un troisième temps, à seulement 2’’4 du premier, dès la première véritable spéciale pourtant longue de 19,44 km, Stéphane Lefebvre se portait d’entrée au deuxième rang du WRC2, confirmant qu’il faudrait à nouveau compter avec lui pour la victoire. Mais il était hélas victime d’une crevaison dès l’ES suivante, et c’est Yoann Bonato, auteur du deuxième chrono dans le vignoble étroit et technique de Mittelmosel, qui le relayait à la deuxième place de la catégorie. Une position dont l’Isérois était un temps dépossédé, mais qu’il regagnait pour finir la première journée en dauphin du leader. Pendant ce temps, Stéphane Lefebvre entamait une folle remontée depuis la quinzième place, avec notamment un troisième (ES 5) puis un deuxième temps (ES 6) à seulement deux dixièmes du scratch. Mais le Nordiste de 26 ans allait encore faire mieux le samedi, s’adjugeant notamment le scratch dans le premier passage dans la redoutée spéciale de Panzerplatte (38,57 km), sur des routes en béton bosselées d’ordinaire empruntées par les chars d’assaut du camp militaire de Baumholder. Preuve une nouvelle fois de la capacité de la C3 R5 à se montrer rapide sur les sols les plus compliqués du Mondial. C’est hélas au même moment que Yoann Bonato, alors toujours pointé sur le podium, était victime d’une crevaison et rétrogradait au classement, avant de devoir carrément renoncer suite à un problème technique (ES 13). Stéphane Lefebvre le suppléait toutefois avec brio, puisqu’un nouveau deuxième temps dans Panzerplatte, lui valait de remonter deuxième à 25’’ à peine du premier. Mais une jante cassée (ES 14) interrompait malheureusement son festival. Éloignés de la lutte aux avants postes, le pilote officiel des Rouges et Yoann Bonato, reparti en Rallye 2 le dimanche, allaient dès lors s’attacher à réaliser une séance d’essais grandeur nature en vue du futur, tandis que Simone Tempestini concluait sa prise en mains sur asphalte de la C3 R5 au dixième rang du WRC2, après avoir connu trois crevaisons (ES 13 et 16).

 

ILS ONT DIT

Pierre Budar, Directeur de Citroën Racing

« Je regrette évidemment que Stéphane et Yoann notamment, aient tour à tour manqué de réussite. Nous avons encore besoin d’engranger de l’expérience avec la C3 R5 et chaque kilomètre effectué sur les rallyes du Mondial, tous plus spécifiques les uns que les autres, nous permettent de progresser. Il faut toutefois souligner que Stéphane a encore signé un meilleur temps, qui plus est dans l’ES la plus dure du week-end, et qu’ils se sont tous deux battus pour la suprématie de la catégorie. »

Stéphane Lefebvre

« Nous avons encore une fois montré de belles choses, en réalisant notamment, après notre première crevaison, LA remontée du rallye, depuis la quinzième place jusqu’à la deuxième. C’est forcément frustrant de ne pas être récompensé par un résultat mais je suis convaincu que lorsque nous parviendrons à mettre tout bout à bout, nous jouerons la victoire de catégorie avec la C3 R5. »

Scroll