DES CONDITIONS DE ROULAGE PARTICULIÈREMENT DIFFICILES

download-pdf
download-image
download-all

Partis très fort, mais hélas rapidement contraints au Rallye 2, Stéphane Lefebvre et Gabin Moreau ont mis à profit les conditions exceptionnellement difficiles du week-end pour effectuer une séance d’essais grandeur nature. 



Avec la nécessité de courir à la fois sur terre et asphalte, ce dernier rallye au programme de la C3 R5 s’annonçait comme le challenge ultime. Mais Stéphane Lefebvre, le pilote officiel de la marque, l’entamait de la meilleure des façons en s’emparant du deuxième temps à seulement trois dixièmes du scratch dès la première véritable spéciale (ES 2). Mais une pierre baladeuse venait endommager un élément de suspension dès le chrono suivant et le contraindre à l’abandon. C’est Simone Tempestini, engagé de manière privée, qui s’affirmait alors comme le meilleur représentant des Rouges le premier jour, en se positionnant au huitième rang de la catégorie. Il faisait même encore mieux le samedi venu sur un asphalte allant pourtant de l’humide gras au détrempé, en se hissant au sixième rang, juste derrière l’ex champion du monde (2003) Petter Solberg – signe du niveau de la concurrence ce week-end – lorsqu’il était malheureusement victime d’une sortie de route dans la dernière vraie spéciale de l’étape. Pendant ce temps-là, Stéphane Lefebvre, reparti quant à lui en Rallye 2, se signalait dans ce même secteur chronométré en s’emparant du quatrième temps, tout en se focalisant d’avantage sur l’affinement des réglages de sa monture que sur la quête ultime de la performance. D’autant que les tests n’avaient pas permis jusqu’alors de rencontrer de tels changements permanents du niveau d’adhérence. Et pendant que Stéphane engrangeait de précieuses informations pour l’avenir jusqu’au terme de la course, ralliant l’arrivée au quinzième rang du WRC2, un autre client en la personne d’Ole Christian Veiby, faisait la démonstration de la facilité de prise en mains de la C3 R5 en s’emparant de la quatrième place le dimanche dans l’ES 15, à seulement 2’’3 du meilleur temps. Également contraint au Rallye 2 suite à un souci électrique mineur, le Norvégien terminait meilleur pilote C3 R5 en se classant en neuvième position du WRC2.

 

ILS ONT DIT

Pierre Budar, Directeur de Citroën Racing

« Stéphane avait très bien démarré et on peut évidemment regretter qu’il ait ainsi été trop vite mis hors du jeu. Il nous a par la suite permis de mettre le doigt sur des choses intéressantes. Il nous reste du travail et des sujets à approfondir pour être encore meilleurs, mais c’était aussi l’objectif de ce programme sur les épreuves les plus exigeantes au monde. »

Stéphane Lefebvre

« C’est hélas un week-end frustrant pour nous. Après avoir affiché un bon rythme d’entrée sur la terre, notre prestation a été malheureusement vite écourtée. À partir de là, nous avons profité des spéciales restantes sur l’asphalte pour essayer des choses en vue du futur, sans prendre de risques inconsidérés compte tenu des conditions de roulage particulièrement difficiles. »

Scroll