DES ÉVOLUTIONS PROBANTES SUR LA C3 WRC | Média Citroen Racing

DES ÉVOLUTIONS PROBANTES SUR LA C3 WRC

download-pdf
download-image
download-all
lun, 30/04/2018 - 14:00

Guère récompensé de ses efforts, Citroën Total Abu Dhabi WRT a vu le podium lui échapper sur une crevaison sévère. L’équipe peut toutefois être satisfaite d’avoir à nouveau joué les tous premiers rôles avec la C3 WRC, comme autant d’avoir démontré le bienfondé des évolutions récemment homologuées sur le train arrière de sa monture.



LE FILM DE LA COURSE

Podium (3e) dès sa première participation en WRC en 2014, première victoire mondiale l’année suivante : l’Argentine est assurément un terrain qui plaît à Kris Meeke. En confiance avec la C3 WRC, qui inaugurait pour l’occasion un nouveau train arrière, le pilote d’Irlande du Nord ne tardait pas à le rappeler en ralliant l’assistance de mi première journée au troisième rang, à la faveur notamment de deux deuxièmes temps consécutifs. Il haussait même son niveau de jeu d’un ton l’après-midi venue pour se placer en dauphin, à 22’’7 du leader au soir de la première journée, tandis que Craig Breen, sixième à seulement 4’’8 du cinquième, voyait ses bonnes performances (deux troisièmes temps) être quelque peu masquées par une pénalité de 10’’ infligée suite à un pointage en retard, pour son retour. Hélas, ce dernier se faisait piéger de façon rédhibitoire dès le lendemain, alors qu’il évoluait sur un rythme équivalent au futur vainqueur de l’épreuve au premier passage dans Cuchilla Nevada – Rio Pintos, la plus longue ES du week-end. Jusque là, Craig réalisait une prestation pour le moins convaincante, après une première participation très vite tronquée en 2017. Conscient de l’importance d’un podium pour le team, Kris Meeke de son côté, ne tentait pas le diable pour résister au retour de Neuville, mais il était solidement accroché à la troisième place, avec 16’’2 d’avance sur le quatrième, lorsqu’il était victime d’une crevaison au deuxième tour de la même spéciale. Avec près de 2’30 de concédées, la C3 WRC flanquée du drapeau britannique, jusqu’alors exemplaire de constance et de performance, voyait s’envoler ce qui aurait constitué le troisième podium du Citroën Total Abu Dhabi WRT cette saison. Mais l’équipe montrait à nouveau sa force de caractère le dimanche, en se remobilisant malgré la frustration, pour se focaliser aussitôt sur le prochain rendez-vous, tandis que Khalid Al Qassimi, quatorzième pour sa première course de l’année avec la C3 WRC, après une longue période d’inactivité, tout du moins en rallye classique, amenait sa pierre à l’édifice pour la quête des points constructeurs.

 

QUESTIONS À PIERRE BUDAR, DIRECTEUR DE CITROËN RACING

Quelle analyse faites-vous de cette manche argentine ?

Elle est forcément terne, si l’on s’en tient aux stricts résultats bruts. Néanmoins, ces derniers ne reflètent pas les performances signées, notamment par Kris, et la C3 WRC a encore fait l’étalage de son haut niveau de compétitivité, sur un terrain où nous avions particulièrement été en difficultés l’an passé. De même, on peut également noter sa fiabilité exemplaire, comme depuis le début de saison, alors même que nous avions ce week-end affaire à l’un des rallyes les plus cassants, sinon le plus cassant, du championnat.

C’est donc la preuve du bienfondé des évolutions introduites à l’occasion de cette épreuve…

En effet, le nouveau train arrière homologué depuis cette manche a eu les effets escomptés, notamment sur la confiance des pilotes derrière le volant, et cela nous conforte dans les options choisies pour continuer à développer et optimiser notre auto. On a également profité de l’étape du dimanche pour explorer, en conditions réelles de course, des voies de réglages un peu différentes, lesquelles nous seront certainement bénéfiques pour les prochaines échéances. C’est à la lueur de ces enseignements, ainsi que de ceux retirés de nos six jours d’essais réalisés sur place, que nous sommes d’ores et déjà focalisés sur la définition du set-up Portugal, pour y retrouver des classements plus conformes à notre niveau de jeu.

Comment jugez-vous les performances de vos pilotes ?

Craig n’a pas connu un retour aux affaires évident mais on peut compter sur lui pour rebondir dès le Portugal. Je tiens à saluer la régularité de Kris, lequel n’a pas commis la moindre erreur du week-end, alors même qu’il livrait une bagarre de très haute intensité. Il a simplement été malchanceux, avec cette crevaison sur une pierre anodine comme il y en a tant sur cette manche. Il y a eu beaucoup de crevaisons, or lui en a été victime au début de la plus longue spéciale, soit au plus mauvais endroit du rallye, ce qui a rendu le changement de roue inéluctable. Sortant quant à lui de plusieurs courses en rallye-raid, Khalid enfin a eu la satisfaction de terminer son premier rallye de l’année, tout en contribuant à la moisson de points constructeurs de l’équipe.

 

TEMPS FORTS

Avec ses spéciales parsemées d’imposantes pierres enchassées négociées à près de cent vingt kilomètres par heure de moyenne, qui soumettent les mécaniques à un véritable traitement de faveur, la première étape du rallye d’Argentine est toujours particulièrement redoutée des concurrents. Les Rouges l’avaient vérifié à leurs dépens l’an passé dans la spéciale de Santa Rosa – San Agustin (23,85 km). C’est dans le premier passage de ce même chrono le vendredi que Kris Meeke, d’emblée dans le bon rythme, signait cette fois-ci un deuxième temps à seulement 2’’9 du futur indiscutable vainqueur, pour se porter au troisième rang. Signe des importants progrès accomplis depuis par la Citroën C3 WRC, dont la fenêtre d’exploitation n’a de cesse d’être optimisée, non sans succès.

Scroll